Skip to main content

Les informations présentes sur ce site ne seront plus mises à jour à partir du 29 juin 2022. A partir de ce moment, vous retrouverez toutes les informations mises à jour du SPF Stratégie et Appui (BOSA) sur le site www.bosa.belgium.be.

Réalité du travail à temps partiel pour les hommes comme pour les femmes : qu’en est-il ?

Date: 

 RéveilEn Belgique, 16,9 % des personnes travaillent à temps partiel d’après l’OCDE, ce qui est très proche de la moyenne des pays développés. Les statistiques révèlent que bon nombre de personnes qui travaillent à temps partiel sont des femmes.

Les stéréotypes traditionnels liés au genre n’ont sans doute pas disparu en 2021 : la Banque Nationale a analysé l’impact de la crise sanitaire et signale que ce sont toujours en grande majorité les femmes qui réduisent leur temps de travail ou prennent des interruptions de la carrière pour s’occuper des enfants. Elle souligne aussi que la crise du coronavirus a amplifié ce déséquilibre dans le partage des rôles. 

Cela implique qu’il existe toujours des inégalités pour les femmes qui optent plus facilement pour un temps partiel, mais aussi pour les hommes chez qui ce choix peut être mal perçu, notamment s’il est lié à des raisons familiales. Le gouvernement fédéral a fait un pas pour favoriser l’égalité entre les parents en allongeant le congé de paternité jusqu’à 20 jours à partir de 2023 

Plus largement, les choix en matière de temps plein ou de temps partiel peuvent avoir un impact sur l’équilibre entre la vie privée et professionnelle, mais aussi sur les revenus ou, à terme, sur le montant de la pension.

Les tendances dans la société 

Statbel, le bureau fédéral des statistiques, indique qu’en 2020, 42,5 % des femmes et 11,8 % des hommes travaillaient à temps partiel dans le secteur privé. Le temps partiel est donc presque 4 fois plus fréquent chez les salariéesStatbel indique également que travailler à 4/5e est le régime de travail à temps partiel le plus populaire chez les salarié·e·s. 

L’Institut pour l’Egalité entre les Femmes et les Hommes (IEFH, chiffres 2021) partage lui aussi plusieurs conclusions intéressantes : 

  • le travail à temps partiel fréquent chez les femmes est de loin le facteur majeur de l’écart salarial
  • 16,5% des femmes et des hommes qui travaillent à temps partiel indiquent que leur emploi n’est pas proposé à temps plein. Il s’agit alors de temps partiel subi et non choisi
  • pour 45% des femmes et 28% des hommes qui travaillent à temps partiel, la combinaison avec la vie de famille constitue la principale raison du travail à temps partiel.  

Et dans le secteur public ?

Dans le secteur public, s’il est tenu compte de la durée réelle du travail, l’Institut relève que l’écart salarial entre les femmes et les hommes s’élève 5,2 %, contre 12,7% dans le secteur privé. L’écart salarial diffère aussi fortement selon le niveau de fonction. Le site Infocentre du SPF Stratégie et Appui (BOSA) indique lui spécifiquement pour l’administration fédérale qu’en 2020, il y avait 64.993 personnes physiques employées contre 59.539 personnes en équivalents temps plein. Cette différence indique que le travail à temps partiel est également courant au fédéral. Il est à souligner que l’administration fédérale permet d’aménager le temps de travail des personnes avec handicap en tant que stagiaire statutaire, ce qui est une bonne pratique.  

En conclusion 

Au-delà des habitudes parfois ancrées dans la société et liées au genre, chacun·e doit pouvoir s’informer sur les possibilités d’aménagement de temps de travail, et poser des choix en connaissance de cause. Renseignez-vous et osez en parler, quel que soit votre genre !  

Appel à témoin

Vous êtes un (homme) fonctionnaire fédéral et vous travaillez à temps partiel pour des raisons familiales ou d’un autre ordre ?  

Vous souhaitez témoigner en ligne et êtes d’accord pour que nous diffusions votre témoignage avec une photo ou encore une courte vidéo de vous qui expliquez votre situation et votre choix ? Deux possibilités sont envisageables pour votre témoignage : une diffusion sur les canaux du SPF BOSA et/ou sur ceux du cabinet de la ministre de la fonction publique, Petra De Sutter.   

Aidez-nous à gommer les clichés et contactez diversity@bosa.fgov.be avant le 30 juillet 2021.

Plus d’infos 

Dernière mise à jour le 28 juin 2021.